jeudi 28 avril 2016

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU JEUDI 28 AVRIL 2016 – INTERLUTTANTS 59-62


Les négociations entre organisations de salariés et d'employeurs du spectacle ont abouti à un accord sur le régime d'assurance chômage spécifique aux intermittents.
Il comporte des avancées importantes répondant à nos revendications :
- le retour à la date anniversaire (calcul de nos droits à date fixe, 507 heures sur 12 mois)
- la fusion des annexes 8 et 10, techniciens et artistes
- l'élargissement de la prise en compte des heures d'enseignement artistique
- la valorisation des droits congés maternité et arrêts maladie.
Sont également actées :
- une amélioration de la clause de maintien des droits jusqu'à l'âge de la retraite
- la mise en place d'une commission de suivi et de recours pour les problèmes collectifs et individuels
- une clause de rattrapage sur deux ans en cas d'accident de parcours.
Refusant la lettre de cadrage du Medef demandant 185 millions d'euros d'économies, l'accord a trouvé un équilibre à partir de plusieurs éléments :
- un différé correspondant au nombre de jours de congés payés
- un abaissement du plafond du cumul allocations et salaires
- une augmentation des cotisations patronales de 1 %
- la fin des abattements pour frais professionnels.
Nous saluons l'esprit de responsabilité et de solidarité des partenaires sociaux de notre branche d'activité, qui ont su parvenir à cet accord, contrairement à d'autres partenaires sociaux (MEDEF, CFDT…), toujours prompts à nous taxer d'irresponsables et de privilégiés.
Nous restons mobilisés.
Nous attendons que le Medef valide ces propositions.
Nous continuons à occuper le Théâtre du Nord en grève ce jour.
Nous avons occupé le Centre des Impôts de Lille pour rappeler au gouvernement que l'argent de l'exil fiscal pourrait largement financer la protection sociale.
Gare aux illusions !
Nous refusons que l’État se substitue à la solidarité interprofessionnelle en prenant en charge une partie des économies demandées, ce qui nous fait redouter la création d'une caisse autonome.
Nous ré-affirmons que le régime des intermittents du spectacle s'inscrit au cœur de la solidarité
entre les travailleurs et qu'il peut devenir un modèle pour l'intermittence de l'emploi.
En ce jour de grève nationale, notre lutte s'inscrit dans le combat contre la loi travail qui annonce encore plus de flexibilité et de précarité pour les travailleurs. Nous exigeons son retrait total.
Alors que déjà six chômeurs sur dix ne sont pas indemnisés, le gouvernement demande 800 millions d'économies sur le dos des chômeurs.
C'est inadmissible, aucune économie sur le dos des plus précaires !
Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire